Pompes à chaleur

L’air, l’eau et la chaleur du sol sont des énergies gratuites, non polluantes et renouvelables. C’est ce qui explique, entre autres, l’attirance des consommateurs pour la pompe à chaleur. Ils voient en elle une façon de faire rimer écologie et économies.

 Fonctionnement général d’une pompe à chaleur

énergies renouvelablesLa pompe à chaleur (PAC) est un dispositif que l’on qualifie de « thermodynamique ». Ce terme signifie simplement qu’un échange calorifique se produit afin de transformer l’énergie thermique en énergie mécanique.

Ainsi, avec la pompe à chaleur, une certaine quantité de chaleur est transférée d’un milieu dit fournisseur ou émetteur vers un milieu quant à lui qualifié de récepteur. Vous ne le savez peut-être pas, mais certains appareils que vous utilisez quotidiennement sont des sortes de pompes à chaleur. C’est notamment le cas de votre réfrigérateur.

 La pompe à chaleur géothermique

Le terme « pompe à chaleur » désigne en fait divers systèmes. Lorsque la chaleur du sol est utilisée, on parle de pompe à chaleur géothermique. Celle-ci peut capter la chaleur de deux façons :

Horizontalement au sol ;
Verticalement au sol.

Lorsque le captage se fait horizontalement au sol, des tubes sont enterrés et à l’intérieur de ces tubes circule un liquide calo-porteur ou frigorifique. Le principe du captage vertical au sol est le même, seule la position du capteur change. Plus coûteux, il permet cependant de ne pas dénaturer le sol.

 La pompe à chaleur aérothermique

L’air peut également être utilisé comme source froide. Il est cependant utile de noter que ce système de pompe à chaleur air/air fonctionne sur une période restreinte et que le rendement est moindre. L’air utilisé peut provenir de diverses sources comme un puits canadien par exemple.

 La pompe à chaleur aquathermique

Autre type de pompe à chaleur, l’aquathermique (ou pompe à chaleur géothermique sur nappe) permet de capter les calories contenues dans les nappes phréatiques.

L’avantage de ce système est qu’il utilise une source d’énergie naturelle et régulièrement renouvelée. De plus, une fois que les calories ont été captées, l’eau est restituée à son milieu naturel. Par nappe phréatique, l’eau pompée doit être à plus de 10°C. Respect de l’environnement, économies et confort avec un logement idéalement chauffé sont ici les arguments qui convainquent les utilisateurs.

 Les pompes à chaleur réversibles

Réchauffer votre maison l’hiver et la rafraîchir en été, tel est le rôle d’une pompe à chaleur réversible. Différente de la climatisation, celle-ci permet de baisser la température de 3°C à 4°C maximum. Des fluides frigorigènes sont alors utilisés. Ceux-ci peuvent se vaporiser comme se condenser.

 COP : coefficient opérationnel de performance

Il s’agit de la différence entre l’énergie thermique que vous offre la pompe à chaleur et l’électricité que cette dernière consomme. Le COP de la plupart des pompes à chaleur se situe entre 2 et 4,5. Aujourd’hui, il est conseillé d’investir dans une pompe à chaleur dont le COP est supérieur à 3. En cause : l’augmentation du prix de l’électricité.

Pour la production d’air froid, on ne parle pas de COP mais d’EEF (efficacité énergétique frigorifique).

Différents types de pompes à chaleur existent. Cependant, l’objectif est le même quelle que soit la PAC : utiliser des énergies naturelles, non polluantes et renouvelables afin de respecter la nature mais également de faire des économies.

Passez le mot !